Manuel Bisson’s practice arouses from the confrontation of opposites and the exploration of contrasts. He investigates both form and color, questioning the flatness of the canvas’ surface and the semiotic of figures. The abstract painting of Bisson suggests forms associated with both human and animal figures. Hair and fur overlap bright fluorescent or wash-out even dirty color fields depicted on a wore-away background, almost absent. Private and visceral elements are hidden under geometric angular traits resulting in a dichotomy, an ambiguity between exhibitionism and modesty.

Subsequently, forms are becoming objects. Immaterial, they stand out as multiple autonomous entities. Drawing is fluently mixed with painting in a mechanical process of reproduction, creating patterns or dissimilarities. A festive aesthetic deploys from Bisson’s formal explorations of firecrackers, banners, flourishes and vibrant colors as abstract elements of his compositions. The artist also creates tricks: forms and patterns evoke dilapidated wallpaper and faux bois. On the crossroads of pictorial sincerity and playfulness, Manuel Bisson, by the use of shams, creates artworks where ornamental and formalism cohabit.

La recherche picturale de Manuel Bisson s’active par la rencontre de contraires et par l’exploration de contrastes. Ses investigations se font tout autant sur le plan de la forme que sur celui de la couleur et questionnent la planéité de la surface et la sémiotique des figures.  La peinture abstraite de Bisson, suggère  des formes  que l’on associe au corps humain ou animal. Ainsi les cheveux, poils ou pelages se superposent aux aplats de couleurs parfois flamboyantes, fluorescentes ou, au contraire, délavées, voire salies, sur un arrière plan effacé, absent. Les choses intimes et viscérales sont dissimulées sous des traits géométriques angulaires, créant ainsi une certaine dichotomie dans l’image; une ambiguïté entre  pudeur et exhibitionnisme.

Subséquemment, les formes peintes deviennent elles-mêmes objets. Ne se fondant dans rien, elles ressortent comme de multiples entités autonomes. Le dessin se mêle à la peinture avec aisance, et se manifeste souvent comme dans une mécanique de reproduction, donnant lieu à des motifs répétitifs ou dissemblables.

Sous ces explorations formelles se glisse, en trame de fond, une  esthétique de la fête  où pétards, banderoles, fioritures et couleurs éclatantes se dévoilent en abstraction. L’artiste créé aussi des artifices: les formes et les motifs évoquent le papier peint vétuste et le faux bois. À la croisée d’une sincérité picturale et d’un ludisme usant de faux-semblants, la peinture de Manuel Bisson nous présente une œuvre originale où l’ornemental côtoie librement le formalisme.

Publicités